Le sentier de l’évolution

Ce sentier de l’évolution repré­sente des stati­ons import­an­tes de l’histoire de la vie sur Terre. Depuis les premiè­res traces de la vie jusqu’à aujourd’hui, il mesure 1000 mètres. Cela veut dire: Avec chaque grand pas, vous surmon­tez un peu plus de 4 milli­ons d’années. Chaque mm repré­sente envi­ron 4000 ans – le temps passé depuis la construc­tion des pyra­mi­des en égypte jusqu’à aujourd’hui. À chaque pas fait sur le chemin…

…mehr dazu

Les premières traces de la vie

4100 milli­ons d’années ou 1000 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Hadai­kum La terre est encore très jeune, quand l’évolution chimi­que se trans­forme en évolu­tion biolo­gi­que. C’est le début du déve­lo­p­pe­ment de la vie. La vie débute dans l’eau. Des cellu­les primor­dia­les commen­cent à se multi­plier. Elles passent leur infor­ma­tion géné­tique à leurs descen­dants. Au cours de ce proces­sus, le maté­riel géné­tique change et est soumis à la sélec­tion. Pendant la migra­tion…

…mehr dazu

Les premières cyanobactéries

3500 milli­ons d’années ou 854 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Archai­kum Les ancê­tres des cyano­bac­té­ries (autre­fois appe­lées „algues bleu-vertes“) sont les premiè­res cellu­les, dont des traces peuvent être détec­tées dans les roches anci­en­nes. Grâce à leur membrane cellu­laire, elles étai­ent capa­bles de contrô­ler l’échange de subs­tan­ces et d’éner­gie avec leur envi­ron­ne­ment. Elles ont formés les stroma­to­li­thes qui sont toujours visi­bles, par exemple en Nouvelle Zélande. Egale­ment des stroma­to­li­thes d’autres micro-orga­­nis­­mes peuvent…

…mehr dazu

La photosynthèse

2500 milli­ons d’années ou 610 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Proter­o­zoi­kum / Side­rium Des cellu­les déve­lo­p­pent l’habilité de régé­né­rer d’énergie en utili­sant la lumière du soleil de manière de plus en plus effec­tive. Pendant des milli­ons d’an­nées, l’oxy­gène qui en résulte a seule­ment provo­qué la forma­tion de rouille dans les océans. Ils en résul­tent d’ épais­ses gise­ments de fer rubané que nous exploitons jusqu’à présent et qui ont permis la fonda­tion…

…mehr dazu

Cellules à noyeau (eukaryotes)

1300 milli­ons d’années ou 317 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Proter­o­zoi­kum / Ecta­sium Vers la fin du proté­ro­zoï­que appa­rais­sent des cellu­les qui possè­dent un noyeau dans lequel se trouve leur maté­riel géné­tique, ce qui protége la subs­tance héré­ditaire. La divi­sion de l’espace intracel­lu­laire en plusieurs compar­ti­ments permet la sépa­ra­tion des divers réac­tions chimi­ques et l’accumulation des maté­ri­aux de réserve. Un des premiers exemp­les de cette sorte de cellu­les sont les alques rouges, qui…

…mehr dazu

Squelettes à support et à protection

560 milli­ons d’années ou 137 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Neopro­ter­o­zoi­kum / Edia­ca­rium De cette peri­ode provi­en­nent les premiers fossi­les d’ac­cu­mu­la­ti­ons de cellu­les inter­con­nec­tées. Par la conne­xion elles forment la base pour une divi­sion du travail et le déve­lo­p­pe­ment des orga­nis­mes plus comple­xes. Les protéi­nes struc­tu­rel­les donnent forme et soutien aux orga­nis­mes, et par l’entreposage de calcaire se forment des armu­res soli­des, qui ne servent pas seule­ment comme soutien, mais aussi…

…mehr dazu

Les vertébrés

505 milli­ons d’années ou 123 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Paläo­zoi­kum / Kambrium La teneur en oxygène de la mer augmente forte­ment, au cours de 5 à 10 milli­ons d’années la plupart des plans de construc­tion des orga­nis­mes contem­porains se déve­lo­p­pent. Les pois­sons sont les premiers orga­nis­mes à avoir un sque­lette interne et une colonne verté­brale flexi­ble. Ils sont des “bila­té­ri­ens” (des animeaux à deux faces). Ce plan a tellement de…

…mehr dazu

Les premières plantes terrestres

450 milli­ons d’années ou 110 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Paläo­zoi­kum / Ordovicium Les premiè­res plan­tes et insec­tes conquiè­rent la terre, de nombreu­ses nouvel­les espè­ces émer­gent. Le climat est tropi­cal, mais s’est changé rapi­de­ment par les plan­tes: Elles absor­bent du dioxide de carbone de l’atmosphère, et la tempé­ra­ture sur terre dimi­nue. Paral­lè­le­ment, la teneur en oxygène de l’atmosphère augmente. En plus, la chimie des mers change. La Gond­wana (un très grand…

…mehr dazu

La formation de la mâchoire

420 milli­ons d’années ou 102 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Paläo­zoi­kum / Silur Au début du Silu­rien, les verté­brés déve­lo­p­pent des mâchoi­res mobi­les qui leur permet­tent de saisir, tenir et écra­ser la nour­ri­ture. Cela ouvre une multi­tude de nouvel­les possi­bi­li­tés d’ali­men­ta­tion pour les animaux à mâchoire. Les dents se forment à partir d’écail­les osseu­ses, et elles se trou­vent au bord des maxil­les, dans la cavité buccale ou a l’intérieur du pharynx. Ce déve­lo­p­pe­ment…

…mehr dazu

Les premiers vertébrés conquièrent la terre

375 milli­ons d’années ou 92 mètres jusqu’à aujour­d’hui Ère: Paläo­zoi­kum / Devon Les multi­ples chan­ge­ments rapi­des du climat et la baisse de la teneur en oxygène de l’eau condui­sent à la troi­sième extinc­tion majeure. Une forte augmen­ta­tion du volca­nisme, proba­ble­ment causée par d’im­port­ants dépla­ce­ments conti­nen­taux, y contri­bue égale­ment. Les trois quarts de toutes les espè­ces aqua­ti­ques sont touchées. Les amphi­bi­ens — des verté­brés qui peuvent respi­rer l’air et vivre sur terre —…

…mehr dazu